0
0

Un nouvelles BD de Léon. Entrevue avec Annie Groovie

BD Leon Annie Groovie

Qui est Annie Groovie?

Annie Groovie est la femme pétillante et dynamique derrière l’univers rigolo de Léon. Auteure et illustratrice généreuse et près de son public, j’ai échangé avec elle sur son travail, son parcours et, bien entendu, sur son célèbre personnage, l’attachant Léon!

Dans cet article, vous trouverez nos échanges, puis quelques pistes d’utilisation pour les bandes dessinées de Léon en classe!

* * *

Quel est votre parcours d’auteure et d’illustratrice?

J’ai toujours été une fille créative qui aimait inventer des histoires dans sa tête et fabriquer plein de choses de ses mains (sans être très douée en dessin…). Je ne me suis donc jamais imaginée devenir auteure, et encore moins illustratrice !

Il faut dire que, plus jeune, je ne savais même pas que c’était un métier ! C’est vrai ! À l’époque, les auteurs des livres que je lisais (Martine, Boule et Bill, les Schtroumpfs, Archie, Snoopy…) venaient tous d’Europe et des États-Unis. Charles Schulz n’est jamais venu nous visiter à l’école comme le font les auteurs aujourd’hui ! Si seulement j’avais eu la chance de le rencontrer (lui ou un autre), c’est certain que ça m’aurait donné le goût de faire ce métier.

Puis, j’ai étudié en arts plastiques et en design graphique et j’ai ensuite travaillé pour des agences de publicité comme conceptrice/directrice artistique. Ce n’est qu’à l’âge de 32 ans (en 2002), alors à la pige et donc ayant plus de temps libres, qu’un ami m’a encouragée à me lancer dans la création de livres pour enfants. Je l’ai écouté, car j’aime les défis, même si j’y croyais plus ou moins. Or, un soir gris de novembre, j’ai griffonné plein de petits personnages pour le fun. C’est à ce moment que Léone st apparu et que tout à commencé !

D’où vient votre intérêt pour la littérature jeunesse?

J’en ai lu, un peu, dans mon enfance, sans plus. Il faut dire qu’à cette époque, dans les années 70, la lecture était beaucoup moins valorisée. En tout cas, nos professeurs ne nous incitaient pas à lire et la bibliothèque de notre école était plutôt «chnue»…

Puis, plus tard, une fois rendue adulte, c’est là que j’ai vraiment découvert qu’il y avait tout un monde de bons et beaux livres pour enfants ! Ça m’a donné le goût de participer à cette effervescence de littérature jeunesse qui montait et de profiter de l’ouverture des jeunes face aux différents styles graphiques qu’on leur présentait, (comme des personnages simplement dessinés, en noir et blanc…) pour me lancer.

Pour quelles raisons avez-vous choisi de créer pour les enfants?

Je ne l’ai pas vraiment choisi. Ce genre de littérature me ressemble, tout simplement. Je sais que c’est cliché de dire ça mais c’est vrai. J’ai gardé mon cœur d’enfant et je m’émerveille davantage devant un album jeunesse que devant un roman pour adultes. Puis, je pense que j’ai voulu créer des livres que j’aurais moi même eu envie de lire, c’est-à-dire avec des trucs à apprendre ou qui font réfléchir, beaucoup d’images et d’humour.

D’où vient votre inspiration pour Léon?

Sur le coup, quand je l’ai créé, je n’ai pensé à rien en particulier. J’ai juste laissé aller mon imagination et je suis restée moi-même. Puis, avec le recul, j’y vois certains liens avec des personnages que j’affectionnais tout particulièrement comme le bonhomme sourire (l’ancêtre des «Emojis»), Mordillo ou La Linea, un dessin animé qui a marqué mon enfance par son ingéniosité créative et sa grande simplicité.

Comment décrivez-vous Léon?

Il est gourmand (très gourmand!), naïf et maladroit, ce qui le rend encore plus rigolo et attachant. Farceur émérite, il aime beaucoup rire et faire rire, mais aussi réfléchir, car, disons-le, il a une vision « unique » des choses.

Bien qu’il ait peur de tout, même de son ombre, il est si curieux et mordu d’émotions fortes qu’il ne peut s’empêcher de prendre des risques qui le mettent souvent dans des situations embêtantes. Heureusement, il est futé et très débrouillard, alors il finit toujours, tant bien que mal, par s’en sortir de façon étonnamment brillante (extrait de Léon – Tout le monde sourit (2018).

Comment décrivez-vous l’univers de Léon?

Léon vit dans un monde qui, à première vue, s’apparente pas mal au nôtre. Puis, on se rend compte qu’il possède sa propre maison et qu’il y vit seul, sans parents, qu’il tond sa pelouse et se fait du BBQ, conduit une auto, mange des cornets avec jusqu’à 10 boules de crème glacée empilées, monte dans une échelle jusqu’au ciel avec une balayeuse pour y aspirer un nuage gris, et a le pouvoir de détacher les parties de son corps.

Visuellement, le décor est épuré, très épuré, et on croise rarement d’autres personnages à part Léon et ses deux amis ; Le Chat et Lola.

Bref, c’est un monde déjanté, bien à eux, où l’humour côtoie l’absurde et où tout est permis… ou presque !

Selon vous, pourquoi Léon est-il si populaire auprès des enfants?

Quand je demande aux enfants pourquoi ils l’aiment, ils me répondent : parce qu’il est drôle ! Je pense qu’ils sont aussi attirés par son grand sourire, sa simplicité et son petit côté maladroit qui le rend encore plus rigolo.

Avez-vous un livre Léon favori?

C’est certain que j’ai un attachement particulier pour mon tout premier livre (Léon et les expressions), car c’est celui qui m’a lancée dans le monde de la littérature jeunesse. Mais sinon, je dirais que mon dernier titre sorti est toujours celui que je préfère car c’est le plus aboutit. De livre en livre, mon écriture s’améliore, et mes dessins aussi !

Leon tout le monde sourit BD Annie Groovie

Avez-vous d’éventuels projets pour Léon?

Oui, toujours ! Ma tête n’arrête jamais de tourner et de penser à de nouvelles idées de projets. Je pense entre autres à des figurines Léon, des livres adaptés pour les enfants non-voyants, ajouter un nouveau personnage, etc. Mais, pour le moment, je suis bien trop occupée avec les livres, alors on verra pour la suite !

Et, plus personnellement, qu’aimez-vous lire présentement?

Présentement, j’ai une pile de livres sur ma table de chevet que je lis, en alternance, petits bouts par petits bouts : Dépasser l’horizon de Mylène Paquette, fille très inspirante, Boni, une BD que j’adore de mon ami Ian Fortin, Vaincre la peur de parler en public, parce que je suis une grande timide et je manque de confiance en moi, Hollywood de Marc Séguin, un artiste qui m’intrigue et me fascine, la biographie de Barack Obama…

Bref, j’aime lire un peu de tout, ce qui me tombe sous la main, ce que mes amis écrivent, des biographies de gens inspirants et même des revues à potin, pour les longs bains chauds.

Malgré votre emploi du temps chargé, est-ce que vous arrivez à vous offrir des #METIME (petites ou grandes pauses, juste pour vous) pour déposer votre charge mentale et vous ressourcer?

Bien sûr, il le faut ! Je me fais masser, je prends des longs bains chauds, j’essaie d’aller au gym, au cinéma, et de sortir une fois de temps en temps avec des amis. Mais je n’ai pas beaucoup de temps libres car quand je n’écris pas, je fais la tournée des écoles et des salons du livre un peu partout au Québec.

Où vous voyez-vous dans 5 ans?

Professionnellement, j’aimerais bien que Léon perce le marché anglophone et européen et que son succès soit international !

Sinon, personnellement, j’aimerais avoir une vie un peu plus équilibrée avec plus de temps libres afin de pouvoir me consacrer davantage à mes nouveaux projets, faire plus de voyages et d’activités trépidantes.

* * *

De mon œil de prof, je dois avouer avoir eu un coup de cœur pour Léon! Ses décors épurés, les textes courts, la simplicité et l’humour…C’est gagnant!

Voici quelques pistes pour utiliser Léon en classe :

Lorsque l’on travaille le thème de la BD. Les petites histoires tiennent généralement sur une seule page, ce qui permet aux enfants de voir les éléments essentiels (les cases, les bulles de dialogue, les onomatopées) en analysants une page à la fois. Pour débuter, c’est idéal. Quand l’enfant comprend le principe, on peut passer à des bandes dessinées plus longues.

Le deuxième élément intéressant est l’utilisation du deuxième sens et des jeux de mots dans les bandes dessinées.

Cela met de l’humour et demande à l’enfant de réfléchir pour comprendre la blague.

Pour finir, Léon touche à différents thèmes pouvant être abordés en classe : les émotions, l’environnement, les traditions, les inventions, les droits de l’enfant, les bonnes manières, etc. Il y en a pour tous les goûts! Au niveau de la culture générale, c’est également une collection fort intéressante!

* * *

Merci à Annie pour sa disponibilité et sa générosité. Vous pouvez la retrouver sur Facebook ou sur son site internet : www.anniegroovie.com

Pour vous procurer la nouvelle BD d’Annie Groovie: Léon Tout le monde sourtit!

Vous pourriez aussi aimer

Abonnez-vous à mon infolettre!


 

Et recevez gratuitement l’outil « 20 informations incontournables à partager avec les intervenants de mon enfant »

 

Pin It on Pinterest

Share This