0
0

Promets-moi un printemps; un roman lumineux sur la dépression

Livre sur la dépression

Deux mots qui peuvent paraître contradictoires, lumineux et dépression. Pourtant, c’est ce qui se dégage du roman de Mélissa Perron : une impression de lumière malgré la noirceur.

C’est sous le nom d’artiste Rizada que Mélissa Perron s’est fait connaître. Ses petits personnages, qu’elle peint de main de maître sur des objets de porcelaine, sont adorables et facilement reconnaissables, vous les avez d’ailleurs sûrement déjà vus chez Espace Ricardo ou dans d’autres belles boutiques. Elle s’est lancée dans l’écriture d’un premier roman pour réaliser un rêve, le résultat laisse présager qu’il y en aura d’autres puisque c’est franchement réussi!

Aborder un thème aussi délicat que la dépression demande du doigté, une sensibilité à fleur de peau et beaucoup d’humanité. L’autrice a visiblement tous ces attributs, car elle a su bâtir un récit vrai et touchant, qui traite le sujet de front, mais sans rien brusquer.

On suit le parcours de Fabienne, une artiste-peintre qui est frappée de plein fouet par la maladie. Déstabilisée, elle perd pied, mais sa garde rapprochée est là pour lui maintenir la tête hors de l’eau et lui fournir l’amour et le support nécessaires à sa guérison. C’est, entre autres choses, cette galerie de personnages attachants qui fait qu’on embarque rapidement dans l’histoire. On se surprend même à se dire qu’on aimerait bien avoir des amis aussi précieux dans notre vie…

Dans son atelier phare, entourée de son chat et de son chien, Fabienne se reconstruit tranquillement grâce à la bienveillance des gens qui l’aiment, ce qui n’empêche pas l’incompréhension de certains de se faufiler à travers les mailles du filet et de l’atteindre en plein cœur. Surtout lorsque des membres de sa famille jugent qu’un drame du passé doit être déterré pour la faire sortir de sa torpeur. Une thérapie-choc qui ne fera que l’enfoncer un peu plus dans le noir.

Heureusement que sa petite troupe aimante est là pour elle, que sa forêt lui permet de se ressourcer et qu’une visite fortuite dans un lieu empreint d’empathie ouvrira une nouvelle porte qui la conduira vers un engagement salvateur.

Un roman empreint d’espoir donc, mais qui ne craint pas de nommer les choses telles qu’elles sont : les préjugés tenaces envers la dépression, la honte et la culpabilité ressenties, la difficulté à accepter de l’aide, les rechutes, etc.

Mélissa Perron vise juste. Elle nous livre une première œuvre simple et honnête, écrite avec le cœur et ça, ça ne trompe pas. Un joli livre qu’on retrouve avec bonheur le soir en se mettant au lit, une belle découverte d’automne!

Promets-moi un printemps
de Mélissa Perron
Éditions Hurtubise

 

 

Vous pourriez aussi aimer

Abonnez-vous à mon infolettre!


 

Et recevez gratuitement l’outil « 20 informations incontournables à partager avec les intervenants de mon enfant »

 

Pin It on Pinterest

Share This