13

Concilier travail-famille-handicaps-maladies


Mamanbooh est parfois drôle, parfois triste, elle ne s’ennuie jamais et elle rêve de simplicité, de facilité et d’une nounoue… Elle a deux enfants aux nombreux extras, mais aussi un travail et des multiples passions. Cette année, elle va essayer une nouvelle formule de conciliation travail-famille-handicaps-maladies. En voici le premier chapitre!
Ce matin, mon bébé quitte son nid, il vient de partir en autobus, sans larme, pour la première fois. Il commence la maternelle à l’école du village alors que ma grande quitte vers 6h45, en berline, pour aller à l’école qu’elle fréquente pour la 3e année, en classe langage, à quelques 6 villes/villages de chez nous.
Pour ma part, hier, j’ai accueilli mes premiers élèves. Nous vivons donc une triple rentrée scolaire dans la famille. J’avoue que c’est pas mal stressant comme moment! Mais, j’aime ça, j’aime l’école, les matins frisquets, les yeux qui brillent et cette époque de la l’année où les récoltent sont abondantes.
Cette année, j’ai demandé de travailler à l’école seulement 3 jours par semaine (60% de ma tâche) pour pouvoir accompagner mes enfants dans leurs thérapies au Bouclier et leurs besoins spéciaux. Mon papa m’inquiète aussi, après un week-end familial à Québec, je doute de plus en plus de ses capacités de jugement et de compréhension. La démence vasculaire semble gagner du terrain.
À mon école, j’ai choisi de compléter la tâche de trois collègues (et amies) plutôt que d’être enseignante titulaire (j’ai un poste en 3e année). De l’extérieur, ça semble une drôle d’option, mais au quotidien, n’étant pas « la » responsable de ces classes, mon travail devrait être moins stressant sans les réunions de parents, les remises des bulletins, les PI, les retours d’appels, etc…
Mes collègues ont aussi organisé mon horaire pour me faciliter la vie et je leur en suis reconnaissante. Papabooh (travaillant de la maison) a aussi dû adapter ses journées pour les prochains jours, Fiston vivant une entrée progressive et les CPE et camp de jour terminant avant le retour du personnel enseignant. Les deux mamies (une vivant loin et l’autre ayant une maladie chronique) nous ont aussi aidé du mieux qu’elles le pouvaient, mais j’avoue que la casse-tête avait un niveau de difficulté élevé.
Mes épaules sont douloureuses ce matin, elles en portent gros sur elles… Mais, je pense (j’espère!), que cette conciliation sera heureuse et qu’il n’y a aura pas trop d’imprévu(s). J’essaye d’organiser nos journées et nos semaines pour le mieux (celui des enfants en premier) avec notre réalité bien personnelle.
Mais, je ne contrôle pas grand chose et j’ai appris les dernières semaines que de planifier en avance n’était pas toujours un choix gagnant parce que la vie nous réserve souvent plein de surprises. Bref, ce matin, je ne suis pas à l’école et quand j’ai quitté hier, plusieurs m’ont souhaitée une belle journée de congé pour aujourd’hui! À certains, j’ai répliqué en donnant plus de détails sur ma vie familiale (heu!?! Une journée de quoi? On échange?)*, mais à d’autres, j’ai seulement dit merci…
Sur ce, je nous souhaite à tous une
bonne et heureuse rentrée scolaire 2011-2012!
*Je suis souvent divisée entre vouloir partager/sensibiliser et un mutisme sélectif. Je sais que mes défis embêtent parfois mon entourage, que la permanence de nos problèmes est lourde, etc… Que tout le monde a sa vie, ses problèmes, etc…

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This