19

La loi de Mommy (prise 3)

Qu’est-ce qui arrive quand tu pars, sans chum ni enfant, pour une fin de semaine de retraite créative pour réfléchir sur ta prochaine année, faire le vide, faire le plein et revenir ressourcée par de belles rencontres et apaisée de mes craintes et angoisses quotidiennes?

Tu te félicites d’avoir osé partir?

Tu t’ennuies du chef qui nous préparait des repas de rois? Du site enchanteur? Du plaisir de prendre ton temps à griffonner, manger, boire, jaser, sans te faire interrompre?

Tu remercies la vie, ton chum, M comme maman, les participantes, tes amis qui ont accueilli ta gang pendant que toi tu n’étais pas là, etc…

Nan! Vous êtes tous à côté de la traque!

Tu arrives chez toi avec des étoiles dans les yeux, tu retrouves ceux que tu aimes pour une belle soirée et le lundi matin, les yeux un peu collés, alors que ta petite fille doit commencer une nouvelle médication, tu te trompes de médicament et TU lui donnes celui de Papabooh! pour son hypertension.

Au secours!!! Tu t’en rends compte au retour de l’épicerie alors que Fillette est en ergothérapie avec papa, dans la ville d’à côté.

Tu appelles la belle (un adjectif qui incite Papabooh! à y aller) pharmacienne qui panique un peu, tu appelles à la clinique d’urgence qui accepte de passer en priorité ta fille. Tu appelles Papabooh! pour qu’il vienne te rejoindre à la clinique en lui précisant de ne pas paniquer (mais, toi, tu es en plein dedans!). La pharmacienne rappelle pour te confirmer que cette situation est très dangereuse, que ta fille devra probablement recevoir un soluté, etc…

Tu arrives à la clinique en panique. Et…

Rien.

Ta fille va bien, elle restera à la maison en observation (ce qui veut dire que tu dois la surveiller au cas où elle devient confuse, qu’elle perde connaissance ou qu’elle convulse) et vous revenez toutes les deux le coeur brisé:

Fillette qui ne peut pas aller à l’école…
Toi, qui a failli la tuer…

***
Et la loi de Mommy là-dedans? Quand tu prends un pause, ça fesse fort au retour!!! J’ai pas encore eu le temps de bien formuler mon idée, mais en gros, ça ressemble à ça.
.
Pffff! J’ai moi-même voulu appeler la D.P.J. pour me dénoncer, mais le médecin à essayé de me convaincre que ce n’était pas de ma faute, que je suis une bonne mère, que des incidents, ça peut arriver, etc… Mais, la culpabilité m’étrangle! Je pense que je vais aller vider un pot de crème glacée pour calmer le tout.
.
Et vous, quels sont vos trucs pour étouffer une poussée de culpabilité?

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This