2

Il y a un an, je flottais sur un nuage, quand…

Julie Philippon conférencière blogueuse auteure
Séance de dédicaces lors de mon lancement 

Une journée de rêve pour un nouvelle auteure

Il y a un an,  le 26 avril 2915, j’étais invité à la télévision pour jaser de mon livre, Les réseaux sociaux m’ont sauvée, ce fut une belle expérience, accompagnée de Véronique Déry​, de chez Goupe Librex.



Puis, j’allais jaser à la radio, avec Isabelle Maréchal​, au 98,5 FM​,toute une portion de son émission consacrée seulement pour mon livre, mon parcours, moi, etc. Comme c’était peut-être mon 10e passage chez elle, elle me connaissait déjà, c’était très agréable. Elle avait tout lu mon livre, me questionnait de façon super pertinente,

Au retour, j’étais sur un petit nuage, heureuse, me sentant sur mon « X ». J’ai reçu un appel de Bell Canada​, en croyant qu’on me proposait une autre présence média pour la promotion de mon livre.

J’étais dans les patates, en quelques heures, j’ai touché le ciel et l’enfer.

Remerciée, renvoyée?

En effet, l’appel de Bell, ce n’était pas pour me proposer un truc intéressant, mais plutôt m’apprendre que le blogue Actualités de Sympatico fermait le soir même. Ce blogue où je publiais trois par semaine depuis deux ans, qui ne cessait de gagner en popularité, dont certains de mes billets devenaient viraux, avec des statistiques de l’enfer.

Ce contrat que je chérissais et qui me permettait de concilier ma vie de maman d’enfants différents (comme dans parfois 8 rendez-vous dans la même semaine), alors que je pouvais écrire entre les rendez-vous, pendant les thérapies, le soir, la nuit, le week-end, bref, n’importe quand j’avais plus de deux minutes.

La semaine d’avant, je venais de quitte mon poste d’enseignante (finalement, j’ai toujours un lien d’emploi, mais plus de poste) après une grosse réflexion parce que ce travail me permettait de gagner un peu d’argent, malgré mes obligations familiales.

Je venais de perde ma sécurité

Le matin, j’étais passée par les mains d’une coiffeuse et d’une maquilleuse, j’étais bien habillée, je venais de vivre deux beaux lancements, de réaliser le rêve de publier un livre (j’en ai publié deux finalement en deux mois), j’étais heureuse et légère.

Sur le coup, j’ai capoté et j’ai aussi eu peur de perdre mon contenu des deux dernières années, grâce à mon amie Maude qui avait vécu une situation similaire, j’étais par contre bien préparée à demander plus de temps pour pouvoir faire une copie de mon blogue, ce que le chum d’une autre amie, Julie,  a réussi à faire (alors que pour moi, c’était pire que du chinois).

Je suis revenue à la maison dans un état second

J’ai fait cette vidéo pour remercier mes fans, mes lecteurs et toutes les personnes qui ont fait une différence dans cette aventure de blogueuse d’actualités.

Je me suis effondrée, tellement malheureuse

Je ne savais pas, mais même si je réalisais mes rêves d’auteure, ma vie était en train de prendre une tournure difficile, encore plus difficile que le récit qu’on peut lire dans mon livre Les réseaux sociaux m’ont sauvée.

Mon fils allait de moins en moins bien. J’ai dû faire l’école à la maison avec lui, jusqu’à la fin de l’année. Tous les jours, j’allais le chercher à l’école pour 11h25 et il passait le reste de la journée avec moi. Pour une garçon anxieux, qui adore être à la maison dans ses affaires, avec sa maman, c’était comme une récompense. Pour moi, cela a été pénible, je vivais des crises d’opposition à répétition alors que j’aurais dû faire de la promotion pour mon livre, me préparer un kit média, contacter le réseau des bibliothèques pour proposer des conférences, etc.

Je n’en étais pas capable

On a su quelques semaines plus tard, que Fiston avait un syndrome Gilles de la Tourette, ce qui expliquait bien des choses, mais qui me décourageait en même temps. C’est tout un contrat pour les parents que d’accompagner son enfant qui a ce diagnostic. Et nous étions déjà pas mal au bout de notre rouleau, surtout moi, j’ai paniqué.

Julie Philippon conférencière blogueuse auteure

Du côté professionnel, je n’ai pas réussi à me trouver une autre tribune, Sympatico venait de remercier une partie importante de ses collaborateurs, après Yahoo, MSN, des médias numériques, papiers, etc.

Je suis tombée dans la néant

Les mois ont passé, les mauvaises nouvelles ont continué d’affluer. J’ai pris le tout comme un bon upercut, comme ceux qui nous laissent au tapis: maladie pour moi, changement d’école pour Fiston, de nouveaux diagnostics pour Fillette, d’autres trucs majeurs très moches. etc.

Ce matin, je quitte bientôt pour aller enregistrer un balado chez Châtelaine, ensuite, je me dirige vers Victoriaville où je vais donner deux conférences sur la dyspraxie.

J’ai vu un souvenir que Facebook nous propose et même si j’avais d’autres choses à faire plus urgentes, j’ai eu besoin d’écrire.

Un an plus, tard, j’ai fait beaucoup de chemin, certains deuils sont encore douloureux, je n’ai pas toutes les solutions à mes problèmes, mais je continue d’avancer. Plus lentement. Moins loin.

Julie Philippon conférencière blogueuse auteure

Mais j’ai encore espoir que demain sera beau, bon et plus léger.

Et vous, où étiez-vous il y a un an?
Aimez-vous les souvenirs que Facbook nous propose?

 #souvenirs #MerciRéseauxSociaux #gratitude

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This