17

Vendredi merci – merci la -*DYSPRAXIE*-

C’est bien la première fois que je suis capable d’être reconnaissante envers cet handicap invisible dont mes enfants sont atteints (je dois m’habituer à dire « mes », maintenant que Fiston a aussi un diagnostic).

Les difficultés nous font grandir, on apprend, on chemine, on a été choisie, nous n’avons que les épreuves que nous sommes capables d’affronter, des cadeaux mal emballés, etc… Il y a plein de belles façons de voir les choses, d’essayer que cela soit plus facile, acceptable, mais de là à dire merci, il faut atteindre une grande sagesse et je n’y suis pas encore.

Sauf que…

… La dyspraxie, le besoin d’en apprendre plus sur ce sujet, de rencontrer d’autres enfants et d’autres parents qui vivent avec au quotidien, de parler le même langage quelques minutes par semaine, le bonheur de ne pas avoir à expliquer qu’est-ce que ça mange en hiver et de partager de nouveaux trucs, une ressource trouvée sur le net, les besoins de l’autre enfant, du conjoint, une activité d’ergothérapie, un cours le samedi, etc… Font que depuis environ 18 mois, j’ai rencontré de nouvelles mamans avec qui je partage cette réalité et hier, pour la première fois, j’ai même accueilli 3 d’entre elles avec leurs enfants pour une fête comme dirait Fiston.

Au programme: baignade, jeux de sable, bulles, hot-dog, maïs, crudités, fruits et beaucoup de liberté. Ma maison est petite, un peu démodée et surtout encombrée et je n’osais pas faire d’invitations, mais il faisait beau et chaud, Papabooh! était même de la partie « responsable du BBQ », alors que mes beaux-parents en vacances chez nous m’ont grandement aidée avant. Le menu était simple, les enfants se sont découverts des affinités tout en respectant les rythmes de chacun.

Il y avait une « veille de crise », mais comme à la météo, la soirée est passée sans orage… Ce fut vraiment agréable et ce matin, à mon réveil, j’étais encore pleine de joie en pensant à hier.

Sans la dyspraxie, je n’aurais jamais rencontré ces personnes et été en contact avec les handicaps, les différences et les allergies. La seule raison qui explique cette association, cette rencontre, c’est la dyspraxie…

Alors, je lui dis merci! Merci la dyspraxie, merci l’handicap, merci vendredi!

* Il y a aussi plusieurs autres mamans rencontrées ici, au centre de réadaptation, chez l’ergo, à l’école, lors d’une conférence ou ailleurs et un jour, je souhaite bien toutes vous inviter à un petit café, une soirée sympa pour décompresserentre amies et créer des liens. Ça vous intéresse?

**Avec ces 3 mamans, nous avons créé un blogue sur la dyspraxie et avons d’autres petits projets qui sont en train de cheminer…

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This