0
0

La routine: Guider mon enfant vers l’autonomie

Une routine, ça peut devenir une source de confiance en soi et augmenter le sentiment de sécurité chez l'enfant. #routine #pictogramme #viedefamille #soutenir #aider

Je suis une fille de routine. La semaine dernière, je parlais des rigidités de mon grand. Honnêtement, j’en ai aussi, plusieurs. Et le fait d’avoir des routines, ça aide beaucoup à calmer mon anxiété. Alors j’en établis. Voilà! C’est dit! Je suis une grande personne qui a ses habitudes.

Historique de notre routine

Quand mon premier était petit, j’ai réussi à créer une routine quotidienne qui me convenait, avec des siestes à heures fixes. Je le couchais tôt le soir, parce qu’il se levait tôt le matin. On allait prendre une marche ensemble avant le diner, pour qu’il dorme mieux à la sieste. Ça me sécurisait et j’avais l’impression que ça le sécurisait aussi. En plus, c’était plus facile de gérer la routine puisque que j’étais souvent solo et ça rendait ma vie plus simple. Je me trouvais dans une situation gagnante.

Quand mon deuxième est né, j’ai fait de mon mieux pour que la routine reprenne le plus vite possible. Ça a pris un peu de temps, mais j’y suis arrivée. Mon mari travaillait toujours autant, j’avais donc le loisir de faire les choses de la façon qui me convenait le mieux.

L’arrivée du troisième a un peu fait sauter le couvercle de la marmite. Mini n’est pas un être de routine comme ses frères. En fait, c’est faux. Il est un être de routine aussi, mais sa routine à lui ne colle pas avec la mienne. On a donc plus de difficulté à trouver quelque chose qui nous convient à tous. Il a maintenant 2 ans. Je commence tout juste à trouver un patron de sommeil qui fonctionne. Je dois avouer que la garderie a beaucoup aidé pour cet aspect-là, surtout pour les siestes.

L’importance de la routine

Je ne suis pas la seule à trouver la routine importante. On n’a pas à chercher très longtemps sur internet ou dans les livres sur la parentalité pour trouver un psychologue ou un psychoéducateur qui explique l’importance de la routine dans le quotidien de l’enfant.

On la qualifie de sécurisante, de rassurante. Plusieurs autres bénéfices non négligeables lui sont aussi attribués :

  • augmentation de la confiance en soi,
  • augmentation de l’autonomie,
  • collaboration plus facile,
  • meilleure autorégulation,
  • et plusieurs autres.

Repères dans le temps

Ce que j’ai remarqué, dès le plus jeune âge de mes enfants, c’est à quel point la routine aidait à se faire des repères. Même tout petits, ils savaient ce qui allait arriver après telle ou telle étape. Savoir ce qui s’en venait devenait très apaisant.

Avec l’entrée à l’école de mon plus grand, j’ai aussi commencé à utiliser des pictogrammes et faire une liste des étapes avant le départ pour l’école. Son entrée à la maternelle s’est faite à un moment où j’avais 3 enfants et un mari toujours aussi absent. Le fait de créer une routine visuelle pour mon garçon me permettait de porter mon attention ailleurs pendant que lui, développait son autonomie.

Dans son cas à lui, j’ai fait une liste très détaillée, avec les heures auxquelles ça devait être fait. Le temps a toujours été une grande préoccupation pour lui, c’était donc beaucoup plus sécurisant de pouvoir se faire des repères visuels avec l’horloge. Ça l’aidait à valider qu’il ne serait pas en retard pour prendre l’autobus.

Enfant différent, moyen différent

Bientôt, je commencerai à instaurer une routine visuelle pour mon deuxième. Je ne prévois pas indiquer d’heures sur sa routine à lui. Mon ainé est un enfant HP alors que mon deuxième vit avec la trisomie 21. Leur notion du temps et de son importance est très différente. Ceci dit, il y a de bonne chance que j’intègre le Time Timer à sa routine. Si vous ne connaissez pas cet appareil, je peux simplement vous dire que c’est un chronomètre visuel. Une zone rouge rapetisse à mesure que le temps s’école. Une fois le temps terminé, il sonne, comme n’importe quel autre chronomètre. C’est très visuel.

Donc pour mon deuxième, je prévois instaurer aussi des pictogrammes des étapes de la routine, mais cette fois-ci, sans les heures. Même si je veux lui laisser de plus en plus d’autonomie, je serai sûrement beaucoup plus attentive à ce qu’il fait que je l’ai été avec mon ainé au même âge.

Parmi les plus importantes, il y a la routine du matin (ce qu’il faut faire avant de partir) et la routine du soir (ce qu’il faut faire avant d’aller se coucher). Mais vous pouvez aussi faciliter d’autres activités quotidiennes en mettant en place des routines, par exemple pour les repas et pour le rangement des jouets. – Naître et Grandir

Pourquoi commencer si tôt?

Mon fils de 5 ans a besoin de plus de temps et de répétions, en général, pour faire le même apprentissage qu’un enfant neurotypique. Je veux donc m’assurer que la routine est bien comprise et intégrée avant la rentrée scolaire en septembre. Je ne dis pas que je serai très stricte pendant les quelques mois qui viennent, mais le temps qu’il assimile le fonctionnement du nouveau système, le sens des pictogrammes, l’utilisation du Time Timer et tout ça, je préfère avoir plus de temps que pas assez.

Le fait d’instaurer ou non une routine visuelle dépend de chaque famille, et de chaque enfant. Pour nous, le choix de le faire est devenu une nécessité dans notre contexte familial particulier. Ça a vraiment fait baisser beaucoup mon anxiété à moi et contribué à une plus grande confiance et une plus faible anxiété chez mon ainé aussi. Je pense que la routine visuelle a un sens à partir du moment où l’enfant comprend les pictogrammes et qu’il est en mesure de suivre certaines consignes seul.

Choix des pictogrammes

Je ne sais pas encore lesquels je vais acheter. J’en ai testé quelques sortes dans les derniers mois et plusieurs sont fantastiques. Ceci dit, je dois en choisir qui seront bien compris par mon coco. Les pictogrammes devront donc contenir certains détails évidents à reconnaître, mais pas trop pour ne pas qu’il soit perdu dans l’action représentée.

Pour faciliter sa compréhension du temps qui passe, je dois aussi m’assurer que la routine quotidienne soit à l’horizontale, comme pour la lecture. Il y aura une routine pour les jours d’école, une routine pour les congés. Certains ensembles de pictogrammes sont placés à la verticale. Alors que ça n’avait pas d’importance pour mon fils doué, pour mon coco vivant avec la trisomie 21 c’est quelque chose à considérer.

Prévoir et guider

La routine chez nous est quelque chose qui est venu instinctivement, à cause de mes propres rigidités. Ça a été quelque chose de relativement facile à instaurer avec mes deux premiers et que nous travaillons encore avec mon dernier.

L’idée générale derrière la routine est de permettre à l’enfant d’avoir des repères et de se sentir en sécurité. Il sait qu’est-ce qui s’en vient ensuite et les transitions sont facilités.

Pour certains enfants, avoir un support visuel à la routine peut devenir un outil précieux. J’ai remarqué une belle différence avec mon fils HPI depuis qu’on a commencé à utiliser les pictogrammes et je veux continuer sur ce modèle avec mon fils vivant avec la trisomie 21. Il est évident que même si les pictogrammes sont utilisés pour les deux, la façon de le faire sera différente. Une façon de faire de la différenciation dans ma propre maison.

Et vous? Avez-vous une routine? Si oui, en quoi ça aide votre quotidien? Sinon, pourquoi?

Karine d’Atypiquementparfaite.com

Collaboratrice pour Mamanbooh

Pour en savoir plus:

Vous pourriez aussi aimer

Abonnez-vous à mon infolettre!


 

Et recevez gratuitement l’outil « 20 informations incontournables à partager avec les intervenants de mon enfant »

 

Pin It on Pinterest

Share This