0

Zoo Ecomuseum: Un zoo à Montréal

La loutre

Le 9 juin dernier, j’ai eu le plaisir d’aller visiter le zoo Ecomuseum. C’est un parc que je connais bien puisque j’y vais régulièrement avec mes enfants. Nous avons notre abonnement annuel familial, qui est très abordable. C’est un endroit paisible et d’une taille parfaite pour y passer quelques heures avec les cocos. J’étais vraiment excitée de pouvoir aller visiter l’arrière scène du parc pour cette occasion, puisque ce n’est pas possible de le faire sur une base régulière.

Unique sur l’ile de Montréal

Situé à Ste-Anne-de-Bellevue, la municipalité à la pointe ouest de l’ile de Montréal, le zoo Ecomuseum est très facile d’accès par l’autoroute 40. Une nouveauté cette année, il est aussi possible d’y aller en transports en commun avec la STM. L’autobus 419 – Express John Abbott dessert l’Ecomuseum tous les weekends de l’été de 9h à 17h. Il est ouvert à l’année (sauf le 25 décembre) et propose de rencontrer des animaux du Québec.

La vocation de l’Ecomuseum est d’abord de recueillir des animaux qui ne pourraient pas survivre en nature pour différentes raisons. Ainsi, chaque animal a son histoire unique. Les animaliers et biologistes du zoo ont à cœur le bien-être des animaux et ça se sent. La rencontre que nous avons eue était teintée d’anecdotes et de bonne humeur. C’est cette ambiance qui semble régner à l’intérieur de l’équipe à chaque fois que je vais visiter.

Seul et unique zoo extérieur sur l’île de Montréal, le Zoo Ecomuseum met en vedette la faune du Québec, dans un cadre naturel et enchanteur. Aux détours de sentiers rappelant les plus beaux paysages québécois, venez vivre un moment unique avec les animaux qui partagent notre environnement. À seulement 20 minutes du centre-ville de Montréal, le Zoo Ecomuseum est ouvert 364 jours par année. – Site du Zoo Ecomuseum

Nature

L’habitat des cerfs de Virginie a complètement été réaménagé dans la dernière année et une nouvelle passerelle a été construite pour les observer plus facilement.

La rencontre

La rencontre avait lieu le matin à 10h. Selon mon expérience, l’avant-midi est toujours le meilleur moment pour aller visiter les installations du zoo. En après-midi, surtout l’été, les animaux ont très chaud et vont plutôt se cacher à l’ombre et faire la sieste. C’est beaucoup moins intéressant à ce moment-là.

Préparer la nourriture

Notre première activité à l’arrivée était de préparer de la nourriture pour les animaux que nous irions nourrir par la suite. Nous avons donc coupé des légumes pour les herbivores, préparé une activité de « cherche et trouve » pour un omnivore et coupé de l’éperlan pour un piscivore (carnivore qui préfère le poisson). C’était une activité intéressante compte-tenu que l’objectif ultime était d’aller à la rencontre des animaux.

Rencontrer les renards roux, pas roux

Quand nous avons commencé notre visite, nous avons d’abord été vers l’habitat du renard roux. De toutes nos visites au zoo, je ne l’avais encore jamais vu. En fait, je ne LES avais encore jamais vus, parce qu’il n’y en a pas qu’un. Les habitats sont conçus pour ressembler le plus possible à l’habitat naturel de l’animal, donc les renards sont dans un habitat remplis d’arbres et ils sont pro dans le camouflage. Surtout que les renards roux que nous avons vus sont plus dans les tons de noir/gris. C’était donc une belle surprise de le voir s’approcher.

Nourrir des porcs-épics endormis

La biologiste nous a ensuite proposé d’aller nourrir les porcs-épics. Étant des animaux nocturnes, ils étaient assoupis sur une branche. Elle a sorti la nourriture, mais ce n’était pas suffisant pour les réveiller complètement. Ce n’est qu’après un certain temps qu’ils ont commencé à s’y intéresser. Ils étaient endormis si profondément, qu’il y en a même un qui s’est endormi en croquant sa carotte, ce qui a provoqué l’hilarité générale.

Lancer de l’éperlan aux emblèmes du zoo

La visite du zoo Ecomuseum n’aurait pas pu être complète sans aller nourrir les loutres de rivière, emblème animalier officiel de l’endroit. En 2017, une aire de vie a été complètement aménagée pour les accueillir. Les trois loutres présentes au zoo ont été sauvées de justesse du commerce de fourrure aux États-Unis. Elles sont joueuses et seraient prête à faire plusieurs pirouettes pour manger de l’éperlan!

La biodiversité passe aussi par la flore

Les frênes menacés

En marchant dans les sentiers, on remarque que plusieurs arbres sont identifiés, beaucoup sont des frênes. Une grande partie de l’Ecomuseum est recouvert de cette espèce d’arbres qui est présentement menacée par un insecte nommé agrile du frêne. Le coléoptère tue plusieurs arbres par année en se creusant des galeries entre l’arbre et l’écorce. Ceci empêche à la sève (sang de l’arbre) de monter jusqu’à la cime. De nombreux foyers d’infestation ont été découverts dans l’ouest de l’Ile, ce qui est très inquiétant pour le zoo Ecomuseum. Un donateur a eu la générosité de payer pour un produit sensé répulser l’insecte et préserver les arbres. Il reste au parc à trouver le matériel pour faire les injections aux arbres, mais aussi s’éduquer au sujet de la façon de l’employer. Il faut dire que le zoo est un organisme sans but lucratif. Les coûts liés à la préservation des arbres sont donc très difficile à absorber sans dons.

Et les abeilles

Dans les dernières années, on entend beaucoup parler de la sauvegarde des abeilles. Le zoo Ecomuseum fait sa part dans la préservation des sources de nourriture pour ces grands pollinisateurs. À chaque année, le parc accueille des jeunes pour des camps d’été. En plus de leur faire découvrir des tâches liées au soin des animaux, les sensibiliser sur le rôle essentiel de la biodiversité et aux problématiques environnementales, ils leur montrent notamment l’importance de sélectionner des fleurs, précieuses sources de pollen pour les abeilles. De nouveaux jardins seront donc aménagés par les jeunes au cours de l’été.

Eduquer

Le renard arctique est capable d’apprendre à reconnaître un tapis personnalisé et venir s’y asseoir quand l’animalier vient pour lui donner des soins

Mission éducation

Le zoo Ecomuseum a également comme mission d’éduquer la population au sujet des animaux. Ainsi, tout au long de l’année, dans les sentiers du zoo, on peut croiser des biologistes qui vont faire de petites animations liées aux animaux du zoo. Il est aussi possible de rencontrer un certain nombre d’animaux à l’école. Notre dernière activité était dans ce sens. Nous avons donc pu toucher une tortue des bois, une couleuvre grise, une mactre d’Amérique et une effraie des clochers. Ces rencontres ne sont pas communes. Les précautions à prendre avec chaque animal ainsi que leurs besoins ont été vraiment très bien expliqué. C’est une chance exceptionnelle que nous avons eu de vivre ça.

Conclusion

Il y a beaucoup plus à voir au zoo Ecomuseum. Je n’ai pas parlé ici des renards arctiques qui apprennent à manger sur des tapis personnalisés, des cerfs de Virginie, des loups, des caribous ou des ours noirs ainsi que tous les autres reptiles et poisson qu’on retrouve dans le sous-sol du bâtiment principal.

Je vous suggère à tous et toutes d’aller découvrir ce concept unique à 25 minutes du centre-ville. C’est vraiment une découverte magnifique à faire et à refaire au gré des changements de saison.

Pour en savoir plus sur les activités et les événements spéciaux, n’hésitez pas à vous abonner aux réseaux sociaux du zoo Ecomuseum, sur Facebook, Instagram et Twitter.

Connaissiez-vous ce parc? Avez-vous envie d’en découvrir plus vous aussi?

Karine Atypiquementparfaite.com

Collaboratrice pour Mamanbooh

Divulgation : pour la rédaction du billet, j’ai eu la chance d’être invitée par le zoo Ecomuseum mais, comme toujours le contenu de ce billet m’appartient, il reflète mon opinion personnelle à titre de collaboratrice de Mamanbooh.

Sur Atypiquement Parfaite: (Re)Découvrir le Zoo Ecomuseum à l’aide d’une chasse aux trésors

Vous pourriez aussi aimer

Abonnez-vous à mon infolettre!


 

Et recevez gratuitement l’outil « 20 informations incontournables à partager avec les intervenants de mon enfant »

 

Pin It on Pinterest

Share This