0

Diversité corporelle: l’histoire d’Andrée-Ann

Diversité corporelle: l'histoire de d'Andrée-Ann #30couleurs

J’ai toujours été à la fois complexée et poule de luxe. Qu’est-ce que ça donne comme résultat? Ça donne bien des tracas en tout cas! Des tracas au sujet de mon image, qui sont inutiles, voire nuisibles.

Quelle était votre relation avec votre corps pendant adolescence ?

Aussi bizarre que ça puisse paraître, mon premier complexe s’est pointé autour de l’âge de sept ans. C’est bien avant l’adolescence. Je suivais des cours de natation. Je n’ai pas persévéré après avoir passé « mon jaune ». Encore aujourd’hui, je nage comme un petit chien… Pourquoi? Parce que j’étais angoissée par mon gros orteil, que je jugeais beaucoup trop gros par rapport à celui des autres nageuses. WTF!?! Ben oui, ça se peut!

Après, ce fut au tour du poil. J’étais embarrassée par mon « Frida Kahlo » entre les yeux. Pendant plusieurs années, j’ai ruminé ça, dans ma petite tête de jeune fille, derrière mon mini monosourcil. Une perte de temps vous dites?

Après ça, l’adolescence! Tout y est passé : la gêne des cuisses trop grosses, des cheveux trop « grichoux », des seins trop petits, name it!

Au début de votre vie de jeune adulte ?

Suite à cette affreuse période d’auto flagellation intensive, j’ai eu une révélation : j’avais du pouvoir sur mon image.

Je me suis mise à m’entraîner pour être plus mince, à éviter de manger des patates en même temps que du pain. C’est comme ça que la croquette coquette que j’étais s’est transformée en poule de luxe insatiable. J’ai commencé à m’acheter des crèmes coûteuses, à m’offrir des soins spécialisés pour traiter ma cellulite imaginaire et je me suis juré de ne jamais porter de brassière beige.

Maintenant?

À 30 ans, j’ai réalisé le rêve de ma vie : j’allais devenir maman! C’est à partir de ce moment que mon image s’est mise à prendre un peu moins de place dans ma vie (de toute façon, même si j’avais voulu continuer de focaliser sur la forme de mes pieds, je n’aurais pas été capable de le faire avec mon immense bedon).

 

Diversité corporelle: l'histoire de Andrée-Ann #30couleurs

Diversité corporelle: l’histoire de Andrée-Ann #30couleurs

 

Quelques mois plus tard, j’ai donné naissance à une belle grosse et adorable fille. J’ai souvent eu les cheveux « grichoux », faute de temps pour les coiffer. Faute de temps pour m’épiler, Frida est même revenue faire un petit tour, à la jonction de mes cernes. De plus, suite à mes premières montées laiteuses, ma poitrine a retrouvé sa taille d’origine, derrière les coussinets complices de ma brassière nude.

 

En quoi le sujet de la diversité corporelle est-il important pour vous ?

Petit à petit, je commence à décrocher de mon image. Ma fille vieillit. Elle m’observe. Elle m’imite. J’ai eu une nouvelle révélation : j’ai du pouvoir d’influence. Ainsi, j’ai choisi d’être un modèle d’équilibre plutôt que d’essayer d’être un top-modèle.

Andrée-Ann Proulx, éducatrice spécialisée et auteure

Et vous, quelle est votre histoire? 

 

 

 

Vous pourriez aussi aimer

Abonnez-vous à mon infolettre!


 

Et recevez gratuitement l’outil « 20 informations incontournables à partager avec les intervenants de mon enfant »

 

Pin It on Pinterest

Share This