0

Diversité corporelle: l’histoire de Patrice

Diversité corporelle: l'histoire de Patrice

En quoi le sujet de la diversité corporelle est  important pour vous ?

J’aurais tellement de choses à dire sur le sujet ! À commencer par ma pilosité que je considérais « légendaire » à l’école secondaire mais qui, peu à peu, est devenue une source de… de… Ah oui! Je le dis sans gêne, une source de dégoût. Ensuite, la peau un peu flasque de mon abdomen, conséquence de mon poids « yoyo » au cours des 25 dernières années. Mais je ne m’en fais plus. Désormais, au-delà de mes imperfections, au-delà aussi de certains complexes que j’ai développés, je pense beaucoup à mon fils autiste qui est une personne incroyable et qui doit faire face aux jugements de la société sur deux aspects : d’abord son TSA, ensuite sa main droite amputée de quatre bouts de doigts, conséquence d’une erreur médicale à sa naissance.

Pour ne rien manquer de notre projet, recherchez le hashtag #30couleurs ou cliquez ici ! 

Quelle était votre relation avec votre corps pendant l’adolescence ?

À l’adolescence, je me trouvais ordinaire par rapport à mes amis qui, eux, excellaient dans les sports, possédaient une belle constitution athlétique et « scoraient » avec les filles. Dans ma classe, les filles pouvaient être très sélectives. Le physique comptait pour 90 % de la beauté chez un homme. Avec mon physique ordinaire et mes tentatives de séduction avec des poèmes et des parfums, je n’ai frappé que des écueils !

 Écoutez l’entrevue de Julie Philippon, à Radio-Canada, où elle explique d’où vient ce projet #30couleurs

Au début de votre vie de jeune adulte ?

Au cégep, je m’étais décidé à maigrir, car j’avais choisi la natation dans mes choix de cours en éducation physique ! Donc maigrir pour ne pas être la risée des autres étudiants, mais aussi pour me faire enfin une petite amie. Là aussi ce fut un échec !

J’ai fait mon entrée dans l’âge adulte alors que la « métrosexualité » devenait plus en plus à la mode. Avec ma pilosité, ma petite taille et ma graisse qui partait et revenait, j’ai réalisé que le marketing et la pub m’avaient classé dans le camp des moches.

Maintenant ?

Maintenant, j’ai décidé de m’en foutre une bonne fois pour toutes. Est-ce parce que je suis le parent d’un enfant différent ? Est-ce aussi parce qu’à mon âge, j’ai vu trop de connaissances faire face à la maladie ? Je ne sais trop. Mais l’important est d’aimer la vie, de faire des choses que j’aime, d’accepter d’être aimé par Femme de ma vie qui, elle, me trouve super canon. Mais l’important, c’est aussi de m’aimer comme je suis. C’est seulement de cette manière que je peux arriver à être beau !

Quelle partie de votre corps préférez-vous et pourquoi ?

J’aime mes bras et mes mains. Grâce à la natation et au kayak, mes bras ont pris de belles lignes ! Quant à mes mains, elles ont une certaine sagesse parce qu’elles sont un peu ridées.

Diversité corporelle: l'histoire de Patrcice

Mais l’important est d’aimer la vie, de faire des choses que j’aime, d’accepter d’être aimé par Femme de ma vie qui, elle, me trouve super canon. Mais l’important, c’est aussi de m’aimer comme je suis. C’est seulement de cette manière que je peux arriver à être beau !

Pourquoi avoir choisi cette photo, qu’est-ce qu’elle représente pour vous ?

Ah ! Cette photo ! Elle représente le bonheur, la joie de vivre, le pied de nez au jugement des autres. Là-dessus, je ris et je respire. Je fais rire Fils qui me court après pour se tirailler avec moi. C’est un beau moment de liberté dans un « safe space » où personne ne dit ou pense quoi que ce soit de mon enfant, de ma femme, de ma famille, de moi.

Lisez l’histoire de l’investigatrice, Julie Philippon, publiée sur le Huffington Post

Qu’aimeriez-vous dire à la personne de votre choix (vous ado, à un enfant, un adulte signifiant, un passant, etc.)

À l’ado que j’étais. Salut, moi. Arrête de t’en faire avec les filles, avec ton petit bedon (qui va encore grossir mais ça, tu n’as pas besoin de le savoir). Tu vas plaire à une femme un jour. À toute une femme ! Elle va te trouver beau, tu vas douter, elle va insister, vous allez vous aimer, vous marier, avoir un enfant, perdurer dans cet amour.

Puis à 46 ans, c’est-à-dire à mon âge, tu vas reprendre beaucoup du poil de la bête, surtout après avoir revu tous ceux que tu enviais lors d’un conventum d’anciens à ton école secondaire !

 

Patrice Saucier

Auteure et blogueur

 

Et vous, quelle est votre histoire? 

Les 30 couleurs de la diversité CORPORELLE, c’est quoi ?/mamanbooh

Les 30 couleurs de la diversité CORPORELLE, c’est quoi ?

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This