0

Diversité corporelle: l’histoire de Guy!

Diversité corporelle: l'histoire de Guy!

En quoi le sujet de la diversité corporelle est important pour vous ?

La diversité corporelle est une question de vie, et de survie de l’humanité. C’est aussi important que la variété au marché. Ou au lit. Ou au cinéma. Avoir la même version du même repas ou du même film à chaque semaine, c’est… lassant (pour rester poli). Ou, pire, on en vient à (se faire) croire qu’il s’agit là de la norme, que c’est le modèle, le dogme auquel il faut aspirer et adhérer, hors duquel point de salut. Comme humain, et comme cinéphile, je réclame, outre le droit de choisir et le droit à l’erreur, surtout d’avoir au moins le libre arbitre pour le faire : science-fiction, documentaire, comédie, drame, romance, historique, mœurs, action, animation, adaptation ou scénario original, je veux pouvoir découvrir et goûter à tous les types de films, à tous les genres, et me faire une idée en développant moi-même mes goûts, sans avoir à me faire dicter quel type de films je devrais aimer exclusivement, et quel type de films je ne peux pas voir ni apprécier, quitte à passer pour un déviant.

La diversité (musicale, cinématographique, corporelle, etc.) n’en est que plus saine. Comme d’obtenir plusieurs sources pour corroborer une nouvelle. C’est aussi important que la liberté et l’indépendance de la presse, car sans diversité, on se retrouve avec une concentration des médias, d’informations, de points de vue ou avec un oligopole en cinéma. La diversité corporelle est aussi importante que cela.

Et plus elle est diffusée et facilement accessible, le mieux la diversité se porte.

Bien sûr, avec le temps, une préférence peut se développer. L’important c’est de savoir qu’elle est là, qu’il y en a, et d’y avoir accès facilement à cette diversité, de ne pas devoir la chercher, la revendiquer, mais bien d’y avoir droit, de pouvoir la voir, y toucher, la ressentir. Autrement, on se retrouve avec le même modèle, le même film, la même chanson, la même rengaine, le même refrain, la même petite vie plate, ad nauseam. Mais, attention, se contenter de faire le choix d’un seul « modèle » apporte aussi ses effets pervers, en plus d’être limitant. Comme si l’on oubliait, au passage, que la porno est au sexe ce que la WWF* est à la lutte. L’erreur majeure est de penser qu’UNE seule personne peut combler TOUS nos besoins, nos envies et de prétendre que nous pouvons combler TOUS les besoins et envies d’UNE seule personne. La diversité corporelle est importante pour nous rappeler qu’il n’y a pas UNE seule recette magique.

Pour ne rien manquer de notre projet, recherchez le hashtag #30couleurs ou cliquez ici ! 

Quelle était votre relation avec votre corps pendant l’adolescence ?

Je ne changeais pas souvent de poste étant plus jeune : on captait trois signaux de stations, un autre en mettant la télé sur , et il fallait se lever pour changer de poste ! Soudainement, mon petit monde, mon petit écran, quintupla, avec la découverte du grand écran.

Puis, l’arrivée au secondaire me fit constater que la diversité, ça avait du bon, que la présence de plusieurs modèles différents rendait l’existence moins morne, plus gustative, et non pas qu’à la cafétéria de l’école, puis que l’imagination est la meilleure conseillère en matière suggestive. Imaginez : à l’époque on pouvait désirer des filles en sweat avec des chandails à manches longues et au collet monté acheté dans (une boutique) « Au Coton »… Vivons-nous dans une société superficielle ?

Bon, oui, la diversité ça a du bon, tant que tu ne le rappelles pas à la personne qui en est affligée. Vous pensez vraiment que rappeler à une personne son gros nez, ses grandes oreilles, ses rondeurs, ça va l’aider ? Comment pourrait-elle l’oublier, sans vous (et les miroirs) ?…

Au début de votre vie de jeune adulte ?

Depuis le début de ma vie de « jeune » « adulte » « professionnel », ce sont les femmes qui en montrent le moins, celles qui en suggèrent le plus, celles qui peuvent allumer le cerveau avant tout, ce sont elles qui sortent rapidement du lot des looks copiés/collés, devenant ainsi attirantes et désirables, indépendamment de l’apparence physique. Maturité ? Résilience ? Le débat est ouvert.

 Écoutez l’entrevue de Julie Philippon, à Radio-Canada, où elle explique d’où vient ce projet #30couleurs

Maintenant ?

A l’âge adulte, on retrouve, comme au cinéma, des suites (sequels) : reprendre avec une ex, puis se laisser à nouveau ; des antépisodes (prequels) : retrouver son amour du secondaire, du cégep, et vouloir jusqu’à poursuivre sa vie avec ; et des à-côtés () : histoires de passage, de quelques nuits, de quelques semaines avant que la personne ne parte en voyage.

Comme au cinéma la durée du film ne dicte pas sa qualité ni les émotions qu’il peut générer, l’apparence physique d’une personne ne dicte pas comment réagira ton cœur. La diversité corporelle n’empêche pas de faire lever le cœur, de le remuer, de le brasser, de l’enflammer, de l’éteindre et de le rebriser . Mais au moins, l’expérience te rappelle ce privilège de souffrir, de vivre et de vieillir.

Ben oui, nous vivons dans une société superficielle. Même moi je le suis. Reste qu’il demeure encore difficile d’accepter ce corps dont on n’a pas toujours la pleine et entière maîtrise. Il joue des tours. En public comme loin des regards. Qui d’entre nous n’a pas envie, besoin, hâte de perdre au moins une centaine de livres, accumulées après 18 ans de mariage, 3 enfants, une séparation, la vente à perte de sa maison, à travers sacrifices, courage, ressentiment, impuissance, résilience et abnégation ?

Là c’est notre vieux fond judéo-chrétien qui remonte : ça ne peut se faire qu’au prix d’efforts difficiles, on doit souffrir pour mériter notre Ciel : un corps ferme, mince, en santé et ainsi apparaître acceptable auprès de la Société.

Celles qui passent par l’opération ne sont que de fieffées tricheuses, au mieux, d’après les Internets… #LesGens

Être obèse ET en santé ? Please… On nous le répète, on nous le chante sur tous les tons : manger moins, manger mieux. Bouger plus, bouger mieux. Facile à dire hein ? La réalité est tout autre : ce n’est certes pas à la portée de toutes les bourses, quand tes enfants ont des besoins particuliers, que tu dois couper dans l’épicerie avant la pharmacie, et quand tu fais la file le jeudi pour recevoir une portion d’aide alimentaire. Fier, même la tête baissée. #AirConnu, merci Daniel Boucher.

Bref, comme tout le monde, j’ai une relation amour-haine avec mon enveloppe corporelle. Encore aujourd’hui. Et je n’ai aucune espèce d’idée par où commencer pour changer cette perception. Pour changer les regards posés sur moi. Pourtant, il suffirait, pour ces gens, de marcher cinq minutes dans mes souliers (pointure 13)…

Diversité corporelle: l'histoire de Guy

Facile à dire hein?

Quelle partie de votre corps préférez-vous et pourquoi ?

Aucune partie de mon corps ne me ravit au point de la préférer. J’ai, cependant, un sweet spot pour mon profil grec, pour mon nez aquilin (merci à la génétique paternelle). Une cousine a subi une opération pour le modifier. Dommage, comme pour Jennifer Grey, ce ne fut pas une réussite. Oui, j’y ai aussi songé. Mais mon organe olfactif ne fait pas qu’être énorme, il a la particularité unique de bouger lorsque je parle. Alors, je n’y retouche pas. Je cherche encore, en vain, l’équivalent chez le sexe opposé. Je trouve ça ben sexy, comme une fossette. Ce n’est pas quelque chose que l’on choisit. Rares donc sont ceux et celles qui possèdent cette anomalie cute. Puis, ce qui est rare prend de la valeur, right ?…

Pourquoi avoir choisi cette photo, qu’est-ce qu’elle représente pour vous ?

Car on est toujours plus beau (ou moins laid) en noir et blanc, c’est bien connu. Et puisque l’on me confond toujours avec les Denis Drolet Marc Hervieux, ça fait du bien de rester dans le cinéma et ressembler à Jean Reno et ou Alfred Molina.

Qu’aimeriez-vous dire à la personne de votre choix ?

Merci. Je t’aime. Tu sais qui tu es, alors si le chapeau te fait…

 

Guy Lambert

Communicateur, chroniqueur d’humeur, créateur et gestionnaire de contenu.

 

*World Wrestling Federation (WWF)

 

Et vous, quelle est votre histoire? 

  • Pour suivre Guy, visitez sa pages Facebook ici et ou son compte Twitter
  • Lisez l’histoire de Jennifer Doré Dallas, ici, celle de Blaise  ou celle d’Edith
  • Pour toute demande, écrivez-nous à 30couleurs@gmail.com
Les 30 couleurs de la diversité CORPORELLE, c’est quoi ?/mamanbooh

Les 30 couleurs de la diversité CORPORELLE, c’est quoi ?

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This