0

L’autisme, la couleur de Pierrick #30couleurs

Lisez comment et pourquoi ce projet est né, ici chez Yoopa, pour ne manquer aucun texte cliquez ici, merci!


L'autisme, la couleur de Pierrick #30couleurs  par Julie Philippon Mamanbooh
Autisme, la couleur de Pierrick – crédit photo Marie-Claude Roy

Les couleurs de l’autisme est une initiative pour faire connaître et briller les différentes couleurs, toutes uniques, de l’autisme, pendant le mois d’avril. Après l’histoire de Maëlle et d’Édouard, d’Antoine et de Poulet, de Lucila et son fils Luka, de Vicky et de Zakary, voici celle de Véronique Turgeon et son fils, Pierrick.

Vivre ton autisme au quotidien

Tu es mon premier enfant, celui tant attendu, celui tant
espéré. Chaque mois, j’étais impatiente d’apercevoir le petit + sur mon test
grossesse. Puis un jour, neuf mois plus tard, tu es finalement arrivé. Après
une fin de grossesse difficile, tu es né un 15 avril à 18 h 45, en plein durant
les séries éliminatoires de hockey, un soir de match Canadiens-Boston.

Des particularités dès ta naissance

Lorsque je t’ai pris dans mes bras pour la première
fois, j’étais déjà sous le charme. Toi, mon amour, mon enfant dont j’avais tant
rêvé…
À peine quelques minutes après ta naissance, tu avais
déjà tes particularités. Tu n’as pas cherché à prendre mon sein et moi, je n’y
connaissais rien.  L’allaitement fut très
difficile, tu n’arrivais pas à téter. Après quelques mois d’acharnement, j’ai
tout abandonné. Tu ne t’en es pas mal porté pour autant.

Un développement différent

Tes premières semaines de vie n’ont pas été de tout
repos. Tu dormais très peu, à peine quelques heures par nuit. Tu ne voulais pas
rester dans ton lit. La seule façon que tu puisses trouver un sommeil profond
était lorsque je te berçais ou que tu t’assoupissais dans ta balançoire.
Plus tu vieillissais, plus tu avais de traits. Tu étais
très sensible à la lumière, au point d’en faire des crises de colère. Tu ne
marchais toujours pas jusqu’à tes 19 mois. Par contre, tu courais à quatre
pattes et suivais ton gros Max partout! C’est d’ailleurs pour lui que tu as
fait tes premiers pas.

Connaître la normalité

Ton langage aussi a été tardif, tout comme ta première
dent. Tu étais également tout menu, tu mangeais bien, mais très peu. Rien
d’inquiétant, aux dires de la pédiatre, car tu suivais ta courbe de croissance.
Mais comme tu étais mon premier, ayant toujours travaillé auprès d’enfants à
besoins particuliers, je n’avais aucune idée de ce qu’était un développement
« normal ».
Puis, deux ans plus tard, ta première sœur est née. Nous
avons alors connu la « normalité ». Comparée à toi, ta sœur se
développait à une vitesse fulgurante. C’est à ce moment que j’ai émis des
doutes te concernant. Tu avais alors un peu plus de 4 ans.
L'autisme, la couleur de Pierrick #30couleurs - mamanbooh

Un parcours scolaire semé d’embûches

À ton entrée en maternelle, une partie de mes doutes ont
été confirmés. Un TDAH t’a été diagnostiqué, ce qui expliquait certains de tes
comportements. Mais malgré la médication et l’aide apportée, on nous a fortement
conseillés de te faire redoubler ton année. On a quand même pris la décision de
t’envoyer en première année. C’est à ce moment que tout a basculé.
Ton année scolaire à peine entamée, la psychologue de
l’école a demandé à me rencontrer. Elle émettait l’hypothèse d’un trouble
envahissant du développement. Un an plus tard, le diagnostic est tombé : TED non-spécifié.
Tu as poursuivi le reste de ton cheminement scolaire en
classe adaptée, semé d’embûches, mais aussi de belles réussites. C’est avec une
4e année complétée que tu as terminé ton parcours primaire.

Se battre pour tes droits

Te voilà maintenant âgé de 12 ans, prêt à faire le saut
à l’école des grands. L’année charnière, ton entrée au secondaire. L’année pourtant,
où le même enfer s’est répété. Transitions, crises, fugues, anxiété, trop de
nouveautés à gérer. Tout est à recommencer. Face à ton désarroi, l’école ne
sait pas comment réagir. Hôpital, expulsion, réévaluation, tu as fini en centre
de réadaptation.
Depuis des mois que je me bats pour tes droits, depuis
des mois que je fais tout en mon pouvoir pour ne pas en arriver à ça. Mais
voilà où nous en sommes aujourd’hui. Voilà où ton autisme nous a conduit.
Véronique Turgeon, maman de Pierrick, 13 ans,
autiste

Et vous, quelle est votre couleur?

  • Pour suivre Véronique Turgeon, visitez son site Enfants différents besoins différents ainsi que la page Facebook du même nom ici
  • Pour ne rien manquer de nos publications ni des échanges, recherchez l’hashtag #30couleurs sur les différents réseaux sociaux
  • Pour nous contacter, nous proposer un texte ou encore toute autre demande, écrivez-nous à: 30couleursdelautisme@gmail.com
  • Nous remercions Valérie Bouchard, de Minimo motivation ludique pour le logo.
CatherineNadia et Julie, cofondatrices
Les couleurs de l’Autisme

Les couleurs de l'autisme " #30couleurs Julie Philippon Mamanbooh

Nous remercions Valérie Bouchard, de Minimo motivation ludique pour le logo.

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This