0

Autisme, la couleur d’Ariane #30couleurs

Lisez comment et pourquoi ce projet est né, ici chez Yoopa. Pour ne manquer aucun texte cliquez ici, merci!


La couleur d’Ariane, par sa grand-maman Diane




Les couleurs de l’autisme est une initiative pour faire connaître et briller les différentes couleurs, toutes uniques, de l’autisme, pendant le mois d’avril. Voici la couleur d’Ariane, écrite par sa grand-maman Diane

La couleur de
l’autisme d’Ariane, décrit par sa grand-maman Diane

La première fois que ma fille m’a parlé d’autisme, je n’ai
pas compris. Le petit-fils d’une amie avait reçu un diagnostic d’autisme
quelques années plus tôt. Je ne voyais pas réellement de similitude entre lui
et ma petite Ariane. Mon mari était encore plus incrédule que moi. Mes filles,
qui sont si proches, se sont disputées, car ma cadette ne croyait pas mon ainée! Ma grande, elle est comme ça. Quand elle est convaincue de quelque chose,
elle fonce. C’est ma tornade. Tassez-vous, elle passe ! Les années l’ont assagie
un peu, mais à ce moment-là, elle fonçait droit devant. Le mur, elle allait
rentrer dedans jusqu’à ce qu’il tombe.
La course contre la
montre

Elle a tellement foncé que je l’ai perdue de vue pendant
deux ans. Elle m’appelait, on se voyait, je gardais son fils, mais elle n’était
plus la même. Elle avait le regard triste et fatigué, elle ne riait plus comme
avant. Elle renonçait à tout et focalisait sur sa fille. Elle m’envoyait de la
documentation sur l’autisme, mais je ne comprenais pas grand-chose. Je voyais
qu’elle faisait de la recherche et qu’elle s’épuisait à le faire. Quand je lui
faisais remarquer que c’était beaucoup, elle se braquait en me demandant :
«Tu veux que je fasse quoi? Attendre qu’ils se décident à m’appeler pour
l’investigation? Ce ne sera pas avant un an, un an demi! Le temps joue contre
Ariane
! Je n’ai pas le choix de faire
des recherches, maman!
»
Certaines nuits, je ne dormais pas. Je pensais à ma
fille, à ma petite fille, à mon gendre, mon petit-fils et je me demandais
qu’est-ce qu’ils allaient faire si Nadia avait raison!  Mon mari ne s’en faisait pas trop avec ça, il se disait
qu’elle allait débloquer la petite. Ma plus jeune me disait que chaque enfant
va à son rythme, mais je voyais bien que cette enfant-là avait un retard de
développement, qu’elle ne jouait avec les jeux comme les autres enfants. Elle
nous ignorait complètement ou faisait d’énormes crises quand on l’approchait.
Quand j’ai assisté à sa première crise, j’ai figé. Ce n’était pas normal ça. Un
enfant de deux ans ne fait pas une crise aussi intense que ça. Elle était
complètement inerte par la suite. On aurait dit un enfant très malade et
fiévreux! Ma fille m’expliqua qu’après les crises, c’était toujours comme ça!
Elle avait le regard vide. Ça m’a arraché le cœur. C’est là que j’ai compris que ma grande avait
peut-être raison. Plus je lisais ce qu’elle m’envoyait, plus je me disais que
ça se pouvait qu’elle soit autiste la petite.
Autisme, la couleur d'Ariane #30couleurs Julie Philippon Mamanbooh
Une vie brisée

J’étais là quand elle a eu son diagnostic d’autisme modéré à
sévère. Le soir,  j’ai pleuré de rage et
de peine. Pas pour ma petite fille. J’ai pleuré pour ma fille. Comment elle
allait faire? Je savais bien que sa vie allait se résumer à s’occuper de sa
fille. Mon gendre allait-il supporter ça? Mon petit-fils, qui a un an de différence
avec sa sœur, comment allait-il vivre tout ça? Je trouvais ça tellement
injuste!
Je peux le dire, car elle le sait: nous avons tous cru
que Nadia ne s’en sortirait pas. Elle n’avait pas le tempérament pour ça. Quand
Ariane avait trois ans, on s’attendait à ce que notre gendre nous appelle pour
nous dire qu’elle était partie. Lui
travaillait beaucoup, elle devait gérer des crises, ramasser les excréments que
la petite répandait partout et elle ne dormait pas plus de 4 heures de suite.
Elle allait tomber quelque part! Nous lui donnions du temps le plus possible,
mais nous sommes âgés.
Je ne comprendrai
jamais comment elle a fait pour gérer sa peine et tout ça en même temps. Je
m’attendais à ce qu’elle nous appelle et nous dise qu’elle n’en pouvait plus,
de prendre Ariane pour un temps, mais non. Nous avons gardé Justin durant les
périodes très difficiles qu’elle vivait avec Ariane, car elle voulait protéger
l’enfance de son fils
. Elle ne voulait pas que Justin subisse, qu’il assiste
aux moments difficiles de sa sœur.
Le bonheur au
détriment de celui des parents

La vie n’est pas plus rose pour elle maintenant, mais la
période des deux à quatre ans d’Ariane fût la pire. Pour nous, comme pour elle.
Nadia
comprend mieux Ariane maintenant, mais la petite demande beaucoup.
Principalement de sa mère. Mon gendre est un excellent père, mais lui aussi le
dit, la petite accapare beaucoup sa mère. Nous nous ennuyons tous de Nadia,
mais il y a Ariane

Cette semaine, quand j’ai appris à Nadia que son père allait
devoir être réopéré,  je l’ai sentie secouée,
car elle sait que, dans ces moments-là, elle ne peut pas compter sur nous. Son
père et moi avions encore sa voix dans notre tête lors de son entrevue avec Paul Arcand où elle a parlé de nous et qu’elle s’est mise à pleurer. Nous
savions que cette annonce ne la rassurerait pas. Elle a encaissé la nouvelle,
mais nous ne voudrions pas lui faire vivre ça, car elle en vit déjà beaucoup.

Nadia a déjà écrit un texte dans lequel elle disait qu’elle
avait peur du jour où elle allait mourir, car elle allait partir en étant
inquiète pour sa fille. Je ne suis pas inquiète pour ma petite-fille, car tant
que sa mère et son père seront là, ma petite-fille sera bien et heureuse. Ce
qui me rend triste, c’est que le bonheur de la petite se fait au détriment de
celui de ses parents!  

Je sais que ma
fille et mon gendre renoncent à tout ce qu’ils aiment pour leur fille.  Ce n’est pas
l’autisme de la petite que nous n’acceptons pas! Ce que je n’accepterai jamais,
ce sont les embûches qu’ils ont dû surmonter et qu’ils surmontent encore.  
Les sacrifices d’une
mère, d’un père, devraient-ils être si grands, alors qu’ils donnent autant?

J’espère voir des
changements de mon vivant …

Diane C. Lévesque,
la grand-maman d’Ariane


 Et vous, quelle est votre couleur?

  • Pour ne plus manquez aucun texte de Nadia Lévesque, suivez son blogue
  • Pour en apprendre plus sur notre projet, lisez ceci
  • Pour ne rien manquer, recherchez le hastag #30couleurs
  • Pour nous contacter, écrivez-nous à: 30couleursdelautisme@gmail.com
CatherineNadia et Julie, cofondatrices
Les couleurs de l'autisme " #30couleurs Julie Philippon Mamanbooh

Nous remercions Valérie Bouchard, de Minimo motivation ludique, pour le logo et Dominique Gingras pour la révision linguistique

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This