0

COMPORTEMENT: je dois, je peux

Comment ça se passe chez vous, quand vous demandez quelque chose à vos enfants, en général? Moi? Avant, c’était vraiment l’enfer! Depuis que j’ai découvert le truc du « Je dois, je peux« , c’est beaucoup plus facile.

COMPORTEMENT: je dois, je peux

Je dois, je peux

C’est mon amie Michelle qui m’en a parlé la première fois (mille mercis). J’étais un peu découragée parce qu’avec mon garçon, c’était assez difficile et complexe du moment qu’on lui demandait…quelque chose. Bref, presque tout le temps! C’est alors qu’elle a pris le temps de me partager un truc qu’elle utilisait chez elle, avec son grand: « Je dois, je peux !« 

COMPORTEMENT: je dois, je peux Julie Philippon
« Je peux, je dois », format PDF, à télécharger ici

Le principe est simple

C’est assez simple en plus, autant à comprendre pour les enfants que les autres adultes avec qui vous faites équipe, que les enfants, même les plus jeunes.

Dans un premier temps, je dois faire telles choses et quand c’est fait, je peux maintenant faire une activité que j’aime. Voici un exemple, le même qu’on retrouve sur mon image.

COMPORTEMENT: je dois, je peux Julie Philippon

Par exemple, au retour de l’école, JE DOIS: 

1. Ranger mes vêtements et mes bottes
2. Vider ma boîte à lunch
3. Sortir mon facteur
4. Prendre une collation
5. Étudier mes mots de vocabulaire

Quand j’ai fini, JE PEUX : 

1. Jouer dehors
2. Regarder la télévision ou YouTube
3. Dessiner
4. Lire
5. Jouer au iPad

Utile pour…pas mal tout!

On peut en faire plusieurs versions pour les moments importants de la journée:

– le matin
– au retour de l’école
– le soir
– etc.

On peut l’inclure facilement aux autres routines. On peut faire une liste de choses qui doivent être faites ou pas. On peut aussi faire une liste d’activités qui peuvent être possibles lorsque tout ce qui était sur la liste de « Je dois » est fait.
COMPORTEMENT: je dois, je peux
Ma vielle affiche, qui a été très utile les dernières années!

Pour ce bout-là, je vous laisse aller, mais au besoin, je pourrais consacrer un autre billet à ce sujet éventuellement.

Pourquoi faire « Je peux, je dois »?

J’aime cette idée parce que cela réduit les négociations, les frustrations et surtout, les attentes! Ça réduit aussi le stress ou l’anxiété. Tout le monde sait ce qui s’en vient, à quoi s’attendre.

En cherchant sur Pinterest, j’ai trouvé plusieurs idées ou façons de le faire, comme cette enseignante qui expliquer que c’est « Une technique qui fonctionne bien en classe est d’avoir un endroit qui indique ce que l’élève doit faire lorsqu’il a terminé un travail. Voici un exemple: Les élèves doivent d’abord terminer les tâches obligatoires (je dois) et ensuite ils peuvent choisir une tâche optionnelle (je peux). Avec ce système, tous les élèves savent quoi faire. »

Un cadeau pour vous!

Je viens de découvrir un outil de création et je m’amuse beaucoup avec, j’essaye plusieurs trucs et j’ai réussi à créer une version qu’on peut télécharger, plastifier et adapter selon nos besoins, notre réalité, etc. Pour l’obtenir, vous n’avez qu’à cliquer ici.

Enfin, j’aimerais vous dire que depuis que nous utilisons ce truc, nous avons fait beaucoup de démarches, été accompagnés, eu des thérapies, des suivis, etc. avec une pédopsychiatre, une neuropsychologue et son équipe, et que pour notre réalité, c’était la meilleure formule.

Pas la plus belle par contre, je l’avoue. Mais, des fois, les diagnostics impliquent une certaine réalité. Le renforcement positif ne fonctionne pas toujours.

Et vous, qu’est-ce qui fonctionne pour votre famille? Vos enfants? Vous?

Je dois/ Je peux par Julie Philippon 230317 by juliephilippon

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This