18

La place des filles est…à l’école! #Lina #esclave (explications)

Cette campagne a fait beaucoup de bruit. J’ai participé à ma façon parce que je croyais au message de fond. Voici quelques explications publiées sur ma page Facebook (cliquez dessus pour toutes les lires):

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = « //connect.facebook.net/fr_CA/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3 »; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

LA PLACE DES FILLES EST…À L’ÉCOLE (publique)! Lisez svp, merci.Dans ce billet publié…
Posted by Julie Philippon, blogueuse on 1 octobre 2015

N’oubliez pas de visionner la vidéo « Urmila: 12 ans d’esclavage » ici:

Mais aussi celle-ci, « 1 fille sur 5 ne va pas à l’école dans le monde« , toute aussi importante.

La place des filles est…à l’école! (mon billet d’origine)

Depuis le début de septembre, je suis, par hasard le blogue d’une maman qui a décidé de scolariser sa fille à la maison, Mon école pour Lina pour lui permettre de faire l’apprentissage de la vie. Bien que la scolarisation à domicile ne soit pas une chose que je souhaite refaire, le sujet m’intéresse toujours.

Capture d’écran empruntée chez Virginie B

« Grâce à l’éducation que je compte donner à notre fille, je suis certaine qu’elle sera une très bonne épouse et mère tout comme moi. » – La mère de Lina.

Une bonne femme à marier

Par contre, au fil des billets, j’ai commencé à désenchanter en réalisant que ce n’était pas juste de retirer l’enfant du système scolaire pour lui offrir un enseignement sur mesure, selon les valeurs de la famille, mais surtout de faire de sa fille Lina, 8 ans, une bonne femme à marier.

Le balai plutôt que les maths? Photo du blogue Mon école pour Lina.
Lina, qui apprend comment enrayer la poussière.
Photo du blogue Mon école pour Lina.

Une mère en colère 

Je ne suis pas la seule à réagir à cette façon de faire, soit de retirer son enfant pour en faire une esclave ou encore une jeune fille à marier, un peu comme on en voit habituellement ailleurs qu’en France.
La mère vient de réagir, par vidéo (juste en dessous), au fait que son droit d’expression est bafoué quant à son choix d’apprendre les bases du ménage à sa fille  et qu’en rien, celui fait d’elle une mère anormale. Eh bien, quant à moi, c’est exactement ce qu’elle est. Ce n’est pas normal, en 2015, de retirer son enfant du milieu scolaire pour lui faire reprendre 10 fois le pliage de linge et lui faire faire des corvées toute la journée.
Une vidéo qui choque. Attention!

Attention, danger!

Bien qu’on trouve des belles choses sur le web, j’ai l’impression être devant une situation inacceptable qui heurte de plein fouet mes valeurs. Je ne sais pas comment on peut dénoncer un tel cas, s’il y a vraiment abus ou pas (peut-être qu’elle fait aussi un peu d’académique, du moins, je l’espère), mais je vous invite vous aussi à suivre ce blogue et cette situation (et pourquoi ne pas laisser un commentaire?).

« Saviez-vous
en effet qu’aujourd’hui encore, 1 fille sur 5 n’est pas libre d’aller à l’école
et 11,3 millions sont des travailleuses domestiques ?  » – 
Plan
International France, ONG.

Est-ce que j’ai échappé des bouts ou cette femme, bien coiffée, bien habillée, venant d’un appartement moderne semble enseigner des valeurs préhistoriques à sa fille, la privant du coup d’être scolarisée? Qu’il faudrait faire quelque chose? Mais quoi?

Et vous, qu’en pensez-vous? Suis-je trop sensible? 

Que peut-on faire pour dénoncer une telle situation?

*Pst! C’est normal, par amour, que nous souhaitions le meilleur pour nos enfants, mais qu’arrive-t-il quand cette vision est « fausse« ? Que ce meilleur les prive de leurs droits?

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This