7

Défi: abolir le mot RÉGIME de notre vocabulaire! #Concours

Le mot « RÉGIME » en est de ceux qui me donnent des sueurs froides dans le dos, faisant remonter du même coup de vieux souvenirs qui n’ont rien d’heureux.

Grosse, pas grosse?

Sans être grosse, enfant, j’étais plus ronde que les autres.  Adolescente, mon beau-père de l’époque m’avait même promis de m’acheter un kit complet, des bas à la veste, d’une compagnie que j’aimais beaucoup (sans avoir les sous pour en acheter), si et seulement si, je perdais du poids.

J’étais alors en secondaire I. À cette époque, le régime Atkins était populaire, ma mère m’achetait des bouteilles de 7UP diète, des cannes de thon et des pamplemousse. J’étais une jeune fille vive et complexée à la fois.

Puis, quelques années plus tard, je me suis inscrite à des rencontre de groupe chez Weight Watcher, j’avais un surplus de poids, mais j’étais aussi très en forme, m’entraînant à la natation et travaillant dans les piscines de mon coin comme sauteur et moniteur.

Guide de rafting, adepte de plein air, friande de voyages et d’aventures, j’avais une vie active, j’étais en santé, je faisais toutes les activités que je souhaitais, j’essayais pleins de trucs et je parcourais le monde de projets en projets.

Encore au régime

J’ai ensuite essayé les protéines, Minçavie et encore WW. Avant de tomber enceinte de ma fille, j’approchais d’un poids santé qui m’allait très bien. Mais, les années qui ont suivi en ont été des plus difficiles: grossesses, opérations, hospitalisations, problèmes de santé chez mes enfants, rondes des hôpitaux et des mauvaises nouvelles, etc.

Enceinte de mon fils, j’ai commencé une médication et j’ai arrêté de bouger suite à un choc post-traumatique. Les livres ont commencé à s’accumuler, les tailles de vêtements à grandir, jusqu’à du 3X.

Mars 2102 – capture d’écran

De fille ayant un surplus de poids, j’étais rendue obèse morbide.  Mais vivante…  Ayant perdu beaucoup au combat et pris presque 100 livres. Mais, 100 livres de VIE!

Ça suffit les régimes!

Puis, il y a quatre ans, ayant mal partout, chaque pas me faisant souffrir, je devais m’appuyer sur les murs pour descendre les escaliers, j’étais essoufflée à rien, transpirant juste à respirer (oui, je sais…), n’étant presque plus capable de marcher…

J’ai commencé toute seule, à essayer de reprendre le dessus. Deux ans plus tard, j’ai rencontré une nutritionniste avec qui j’ai réalisé que je finissais toujours les assiettes de mes enfants, ce fut mon premier objectif que de cesser ce réflexe. Puis, j’ai aussi recommencé à marcher de petites distances.

Un pas à la fois, un repas à la fois, j’ai changé doucement quelques habitudes de vie, dans un objectif de retrouver ma santé, d’être capable de courir après mes enfants, de les soulever, de retrouver du même coup ma joie de vivre et surtout d’arrêter d’avoir mal.

Quand on a beaucoup de poids à perdre, qu’on vit des choses difficiles (j’accompagnais mon père mourant), on ne peut pas rien faire de spectaculaire, ça prend beaucoup de patience et même plusieurs mois avant de voir des changements.

Mai 2014 – capture d’écran

Un retour vers la santé

En perdant 1/2 livre par mois (en moyenne!), tranquillement, mais surement, j’ai perdu près de 60 livres et ce, sans faire de régime, en adoptant seulement des habitudes de vie plus santés.  Pas question de parler de régime, de mon poids ou même de me peser devant mes enfants, je ne veux surtout pas leur véhiculer un message négatif au niveau de l’image corporelle.

Même chose en société ou avec des amis, je mange de tout, je bois du vin, mais sans jamais tomber dans les excès et si je ne bouge pas, mon poids ne bouge pas…

Quand j’ai appris les dernières statistique d’un récent sondage mené par Cheerios Multi-grain auprès des jeunes femmes de 10 à 17 ans, j’ai accepté de participer à cette campagne de sensibilisation.  
Saviez-vous que:

  • 3 femmes sur 5 ont déjà suivi un régime 
  • 52 % des filles obtiennent leurs renseignements sur les régimes et la nutrition auprès des membres de leur famille 
  • 1 fille sur 5 suit présentement un régime

 Et ici, on parle des filles, mais je pense qu’on devrait aussi inclure les garçons qui sont aussi fragiles de ce côté.

Ensemble, abolissons le mot régime!

Pour aider à créer un monde sans diète, Cheerios Multi-grain encourage les Québécois et les Québécoises à faire le premier pas vers un mode de vie sain en faisant la promesse d’abolir le mot régime au www.unmondesansregime.ca.

De plus, j’ai une carte-cadeau de 100$, ainsi que des coupons de gratuité Cheerios à faire tirer, vous n’avez qu’à  faire la promesse sur le site www.unmondesansregime.ca. et de me partager le lien ici, dans un commentaire. Vous avez jusqu’à dimanche midi, le 8 juin 2014 pour participer!

Et vous, régime, diète et contrôle du poids font-ils partie de votre vocabulaire?

Pour être en santé, on sait tous qu’on doit bouger plus 

et manger moins et mieux, mais le faites-vous? 

Pourquoi? 

Mise à jour 16/06/2014: voici le nom de la gagnante!

: Suivez-moi sur TwitterFacebook et Instagram!

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This