8

Je suis ailleurs…

Mon frère et moi en ballade sur une des sept îles…

Mon père qui déjeune sur le zodiak

Un trésor venu des mers…

 Les chutes Manitou 

C’est le congé scolaire, je devrais donc être logiquement en congé, mais c’est loin d’être des vacances… Les enfants ont eu des r.v. importants, Fillette amorce un sevrage pour son épilepsie après 10 jours d’antibiotiques pour des plaies infectées (anxiété + piqûres d’insectes + grattage + eau de lac = cellulite). Je me suis beaucoup occupée trop de mon père.  Pour ses 70 ans, j’ai décidé de l’amener en voyage à Sept-Îles où demeure mon frère et ses enfants.  Il n’y était encore jamais allé et ça sera probablement la seule fois et unique fois.
Je voyais dans ce séjour comme un pèlerinage, une façon unique de nous fabriquer et de vivre de beaux moments ainsi que d’emmagasiner de précieux souvenirs, de nous retrouver tous les trois, ensemble, de passer du temps avec mes neveux, de présenter la maison, la ville et la nouvelle vie de mon frère à mon père, etc… De divertir mon père qui s’inquiète beaucoup pour sa maison et ses chats et qui aimerait bien retourner vivre tout seul chez lui.
Nous avons donc pris l’avion et hop, nous sommes arrivés à Sept-Îles non sans quelques péripéties (bien qu’ayant de bonne jambes, mon papa ne comprend bien ce qui se passe autour de lui, qu’on doit respecter certaines consignes, etc…).  Dame Nature était avec nous et à chaque jour, nous avons pu aller en mer respirer le grand air et faire le plein de vitamines.  Nous avons vu des baleines, des dauphins, des oiseaux, des étoiles de mer et des paysages à couper le souffle. J’ai utilisé au maximum la mémoire de mon iPhone avec mes mille photos.
À tous les matins, je me faisais réveiller par des « matante Julie chérie d’amour » par mes petits neveux, bien que responsable de préparer les breuvages et aliments de mon père j’ai eu le temps de donner un coup de main à mon frère, de jaser avec lui, d’envisager l’avenir (le sien, le mien, celuis de mon père et le nôtre).  Ça allait beaucoup trop vite et rapidement, nous sommes retrouvés à devoir quitter mon frère et sa petite famille à la porte d’embarquement. Imaginer que c’était peut-être la dernière fois que mon frère et mon père s’embrassaient me brisait le coeur. J’ai embarqué en pleurant.
*****
Pour plusieurs raisons, le retour que je souhaitais doux et paisible fut brutal et depuis, je suis un peu sur le c…  Arreau!  Bien, qu’en fait, je n’en ai pas vraiment l’occasion (je dois me reposer, éviter le stress, évacuer le trop plein d’émotions, etc…), ça ne lâche pas!  Pas de répit.  Une semaine en mono avec mes cocos, mon père qui fugue et se fait ramener par les policiers, Fillette qui a se retrouve aevc un oeil au beurre noir (encore une maudite piqûre d’insecte!) et moi, les nerfs en boule, à fleur de peau, impatiente, fébrile et le moral en gibelotte…
Mais, dans mon coeur, je sais que j’ai fait la bonne chose, que j’étais au bon moment, avec les bonnes personnes, au bon endroit.   Demain, mon père aura 70 ans.  Nous allons nous réunir dans un resto qu’il affectionne et comme cadeau, il recevra un livre de photos ainsi qu’un montage vidéo de notre beau séjour.  Je sais que ce ne sera pas une journée douce et tranquille, mais je ne pouvais pas le laisser ainsi.  J’ai réuni des personnes qui l’aiment (et qui m’aiment) et j’ai préparé des décorations. avec de gros 70 colorés au milieu.  Encore une fois, ce sera l’occasion d’offrir du bonheur pour une personne qui en vit de moins en moins.  
Voilà, comme je disais plus haut, je suis ailleurs.
Pas assez ici, pas assez là.
Et seulement quelques jours pour me refaire 
une santé avant la rentrée scolaire…

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This