15

Mon premier « je t’aime »

Vendredi dernier, avant de partir pour mon week-end créatif (je vous promets de venir vous en reparle bientôt), j’ai laissé un mot personnalisé sur une tablette effaçable à mes enfants. Cars pour Fiston et Les Princesse pour Fillette. Je me disais qu’ils pourraient s’amuser avec et l’utiliser aussi lors des jeux ou des devoirs (un cadeau qui appartient à la catégorie des pratiques!).
Pendant la fin de semaine, à un certain moment, j’ai eu une montée de larmes (ok, plus d’unes!) en regardant le poème que mon amie Solène avait reçu de sa fille. J’étais à la fois touchée pour elle et triste pour moi, réalisant que cela ne m’arriverait peut-être jamais… J’étais loin de me douter que j’étais dans les patates pillée (pour ne pas dire complètement dans le champ!).
C’est seulement pendant la période des devoirs que j’ai découvert mon trésor. Fillette avait besoin de sa tablette pour une dictée de chiffres (on pratique de 0 à 19 présentement) et c’est quand elle l’a prise que mes deux bras me sont tombés! Ma cocotte avait écrit ces mots. Les miens. Pour moi cette fois-ci.
Ce soir, en écrivant, je me demande si ma joie est aussi grande que mes peines qui accompagnent ma vie de maman ayant des enfants « différents ». Serait-ce enfin une source de grand bonheur que de voir les choses ainsi (les peines sont inversement proportionnelles aux joies). Je pense bien que oui et moi, ça me fait tellement de bien. Yééé!!!
Ce ne sont pas seulement 5 mots, ils représentent bien plus! Au moins 3 ans de pratique, de thérapie et de travail avec 2 orthophonistes, autant d’ergothérapeutes, une physiothérapeute, 2 enseignantes, 2 éducatrices, 2 Mamies, une Tatie et nous, ses parents.
Ils sont aussi mon premier doux message de ma fille, pour moi, à moi. J’ai bien mille dessins, les plus beaux câlins, mais ce n’est pas pareil. Cette fois-ci, c’est le langage des grands, de ceux qui savent communiquer autrement qu’avec des signes, des yeux, des gestes et des sons. Ce sont des mots, écrits, codés, plein de sens, comme ceux que j’utilise moi aussi. Des mots écrits. De ceux qui savent. Et qui aiment.
Et moi, je plane, je flotte et je nage de joie dans mes larmes qui ne cessent de couler (ici, c’est autant figuratif qu’imagé, « chus » toute trempée!). Car aujourd’hui, j’ai reçu le plus beau, le plus grand des poèmes, un « je t’aime » de ma douce Camille.
C’est fou le nombre de mots que cela éveille en moi, hein?
Comprenez-vous mon émotion? Ma joie?
xxx

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This