20

Tête de lionne

J’ai une crinière de lionne, particulièrement quand mes cheveux prennent un peu de longueur. Ils sont très nombreux (même si la coiffeuse travaille fort pour les amincir à chaque visite), frisés et assez fins. Résultat: une tête à Jimmy Page! Je me peigne rarement entre les shampoings, sauf quand ils sont plats, mais comme je suis aussi douée pour me coiffer que pour conduire un F18, ça n’arrive presque jamais.

Habituellement, je mets un peu de produit, un bandeau, un élastique et hop, je suis prête pour commencer mes journées. Du matin au soir, ils prennent un peu de crépu et de volume ainsi que le pli de mes lunettes de soleil!

Samedi dernier, c’était l’anniversaire de ma fille et je me suis couchée après le dîner pour être bien forme. Mais, j’ai plutôt passé deux heures à grelotter, sous ma grosse couette de plume, à transpirer, suer, friser et quand d je me suis levée, je ne pensais qu’à une chose: annuler la fête! Je faisais 39.5 de fièvre et j’étais vraiment malheureuse et j’ai juste pensé au minimum: m’habiller et me brosser les dents…

Mes premiers invités sont arrivés et là, j’ai eu droit à un commentaire tellement plate de la part d’un proche, du genre « tu devrais aller te coiffer » comme ça, devant tout le monde! Dans des moments comme ça, je me dis que ça doit être agréable d’avoir un blogue anonyme pour pouvoir écrire toutes les réponses que tu aurais aimé lui donner.

Encouragée par une bonne âme, je suis plutôt retournée me coucher, le coeur gros, un goût amer en bouche, les yeux plein d’eau. Je me sentais comme un petite fille qui avait une grosse peine, trouvant cette remarque méchante et injuste, alors que je faisais de mon mieux, au meilleur de mes capacités.

Tylénol, Advil et une sieste d’une heure plus tard, je suis revenue pour le reste de la fête un peu plus en forme, mais toujours blessée dans ma tête de lionne, n’ayant le goût que d’une chose:

Mordre!

* « Certains sont chauves, d’autres ont trop de cheveux, c’est la vie, pas de quoi en faire un plat », que je me répète depuis, mais c’est dans mon coeur que ça ne rentre pas…
MÀJ 2014: avec le recul, nous avons appris que ce genre de commentaire de mon père était en fait une des premières manifestation de sa maladie (SLA) qui affectait son jugement, son inhibition et son comportement.  Quand on comprend, ça fait moins mal.

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This