1

Dyspraxie: truc no 2

S’entourer des bonnes personnes…

S’entourer d’une équipe de professionnelles dévoués qui connaissent la dyspraxie et qui sont aptes à offrir des services de qualité, qui peuvent nous orienter et nous guider face aux défis que représente le parcours scolaire que ce soit pas des conseils ou même des rencontres à l’école (ou au CPE), qui peuvent faire des rapports d’évaluations qui nous permettront d’arriver à un diagnostic avec le support du pédiatre et ainsi d’aller chercher de l’aide financière, du répit et du support moral…

Du côté du public, il y a les CLSC qui sont supposés être de la première ligne, c’est à partit d’eux que nous sommes parfois orientés vers des cliniques de développement, vers des centres de réadaptation ou autre.

De notre côté, cela a commencé avec l’hôpital Ste-Justine ou notre Fillette fut hospitalisée. Pendant plus d’un an, elle y a reçu des services d’orthophonie et d’ergothérapie chapeautés par le service de neurologie. Chanceux? Je vois ça comme un prix de consolation… Votre fille a failli mourir d’un problème neurologique grave, on a pas trouvé c’est quoi, mais on va lui offrir de la thérapie en attendant que votre centre de réadaptation local vous prenne enfin en charge.

De plus, il y a le privé. Là aussi il y a des listes d’attente et ça coûte cher. Certaines assurances sont plus « généreuses » que d’autres. Ça, c’est quand on en a! Pour notre part, ils ne rembourse
aucun services d’ergothérapie et seulement l’équivalent de 5 rencontres en orthophonie… Mais parfois, c’est tellement important comme besoin que cela passe avant tout le reste, quitte à s’endetter un peu, non?

Voici les coordonnées d’une merveilleuse équipe dynamique, professionnelle, empathique et qui peut bien nous conseiller et nous guider quand on en a besoin en plus de suivre nos enfants:

Jasette & Pirouette
Centre pédiatrique d’ergothérapie et d’orthophonie
Isabelle Therrien, ergothérapeute, 450-939-5634
Isabelle Fleury, orthophoniste, 450-979-5633
Et pour les parents, frères et soeurs, les couples et nous qui avons des deuils à faire, qui avons besoin d’accepter l’inacceptable, de calmer nos angoisses, de sauver l’équilibre de la famille et/ou notre couple, bref , qui en avons plein les bras, voici une autre ressource importante rencontrée dans un moment de ma vie ou je n’avais plus de force et d’espoir…Caroline CharrierPsychothérapeute514-294-0271Et si on peut, en plus, avoir un bon cercle d’amis, des employeurs compréhensifs, un réseau d’entraide et une famille proche et aidante, on a encore plus de chance de passer au travers en ne perdant pas trop de plumes… Et il reste toujours la magie du net!

Vous pourriez aussi aimer

Pin It on Pinterest

Share This